Où dormir à…?

Le plaisir de l’hôtel

mardi 22 août 2017

J’adore dormir à l’hôtel. C’est l’un de mes premiers plaisirs quand je vais à l’étranger outre le fait de changer d’air et de découvrir un lieu, une ville, un quartier, de rencontrer des gens et de discuter avec eux, bien évidemment.
Au quotidien, je m’occupe de tout, absolument de tout. Je me prépare à manger (ni plats surgelés, ni boîtes de conserve, ni livraison de pizza), fais la vaisselle (à la main) ainsi que le ménage (sans aspirateur), la lessive (merci à ma machine Indesit), le repassage (tous les jours: sortir avec des vêtements froissés est IM-PEN-SA-BLE!) les courses (je reviens souvent chargée comme un baudet), bref tout. Comme on dit, je gère. Pas vraiment de place pour la fainéantise. Quand je pars pour quelques jours, je suis contente de me dire que je ferai une pause de ce côté pour m’occuper différemment: balades, visites, excursions, magasins et exploration des supermarchés. J’avoue sans honte éprouver une certaine fascination à parcourir les rayons alimentaires pour voir ce que mangent nos semblables que ce soit en Irlande, au Portugal ou en Thaïlande car la façon de s’alimenter en dit long sur les individus et la société dans laquelle ils « évoluent ».

L’entrée dans une chambre constitue un événement extraordinaire au sens propre du terme entre l’impression première à l’ouverture de la porte de la chambre et l’inspection des lieux: taille du lit, salle de bain avec baignoire ou douche, espace de rangement, présence d’un réfrigérateur (super!), table et fer à repasser (génial!), vue depuis la fenêtre, autant de points qui assciés aux équipements (salle de petit déjeuner, éventuellement jardin, terrasse, piscine, etc.) me permettront de savoir si mon choix a été le bon en réservant sur internet après une recherche de plusieurs semaines.
Parcourir, écumer les sites tels Expedia, Voyages SNCF, Booking et tant d’autres est un autre plaisir. Je dévore les photos, promesse à elles seules d’un agréable séjour. Il m’arrive souvent de regarder simplement par curiosité en imaginant ma prochaine destination. L’évasion à moindre prix en somme. Pago Pago, Perth, Sydney, Cairns, Melbourne, Chicago, Toronto, Anguilla, Turk et Caïcos, Antigua, Cartagène des Indes, Hanoi, Chiang Mai, Sao Tomé et Principe, Dakar, Saint-Louis du Sénagal, Madagascar et encore tant d’autres noms qui m’ont fait ou me font rêver, dont la simple évocation déclenche une foule d’images qui me sortent du quotidien pour me transporter très loin dans de merveilleux lieux de villégiature.

Mon dernier séjour hors de nos frontières remonte à plus de deux ans, c’était à Lisbonne. Constat un peu triste: à mon âge, j’ai peu voyagé, à mon grand regret. En revanche je conserve un très bon sinon excellent souvenir de la plupart de mes échappées plus proches que lointaines. Durant chacune d’entre elles, j’ai logé à l’hôtel. En général rien d’extraordinaire mais quelque chose de pas (trop) cher (au maximum 60 euros la nuit) et de pratique (près du centre-ville afin de limiter les dépenses en transport en commun). Car voyager seul coûte cher. Quand vous vous retrouvez à payer presque l’équivalent d’une chambre pour deux parce que vous avez le « malheur » de ne pas être accompagné, vous ressentez une forme d’injustice. Ce fut souvent mon cas. Alors il m’apparaît d’autant plus important de ne pas me tromper, fait qui s’est rarement produit.

Les adresses que je donne ici ont toutes été expérimentées. Vous ne trouverez de photos ni des chambres ni des installations diverses car je n’avais pas encore d’appareil photos. Avantage: l’imagination peut travailler à plein. Par ailleurs j’ai beau apprécier les belles choses, point d’adresses luxueuses parce que 1. Je n’en ai pas les moyens. 2. Ca me met plus mal à l’aise qu’autre chose. Je souhaite seulement que ce que je dirai des établissements vous donne envie d’y aller.

Bon séjour,

Cicalia

Adresses

Berlin, Allemagne
Hotel Otto

Dublin, Irlande
Maldron Hotel

Malmö, Suède
Hotel Noble House